Unexpect Fables of the Sleepless Empire
Critique par
Fred Laroche

Date de la critique: 8 juin 2011
Compagnie de disque: Indépendant
Date du publication: 31 mai 2011

Le kaléidoscope musical qu’est Unexpect est enfin de retour avec un successeur à l’album In A Flesh Aquarium, après une attente de 5 ans. Le nouvel album, Fables of the Sleepless Empire, prouve que même après tout près de 15 ans de carrière, Unexpect continue de redéfinir les standards de l’avant-garde dans le métal. Aussi difficile à décrire qu’à classer, la musique d’Unexpect demeure une intrigante chimère d’influences diverses qui pique la curiosité de quiconque entend le groupe pour la première fois. Néanmoins, tentons de voir s’il est possible de traduire quelques impressions sur l’album en mots.

Fables of the Sleepless Empire suit la même ligne de pensée qu’In a Flesh Aquarium, c'est-à-dire qu’il n’y a absolument aucune barrière, aucune limite à l’exploration musicale que propose Unexpect. Cette fois, le groupe se montre définitivement plus mature dans son écriture mais il persiste un sens de l’aventure et une innocence d’une fraîcheur vraiment stimulante. Non, Unexpect n’a pas fait un album plus accessible, la maturité du groupe lui a simplement permis de pondre un album dont le fil conducteur est plus soigneusement tissé entre les idées variées qui dirigent la musique. La différence majeure entre l’album précédent et ce nouvel opus est cependant assez apparent : il s’agit d’un côté mélodieux qui aide vraiment à rendre le tout plus digeste.

L’orchestration sur la totalité des pièces est phénoménale. Il y a tellement d’arrangements mémorables au niveau des instruments à cordes qu’il serait injuste de les citer individuellement. On passe des arrangements touchants à des passages dissonants qui défient toute logique imposée par les théories musicales. Les émotions véhiculées à travers la musique sur Fables of the Sleepless Empire sont toujours très changeantes, contradictoires, très pures et imprévisibles, d’où cette fameuse innocence dont il était question plus tôt. On se croirait à mi-chemin entre le cœur et la tête d’un enfant bipolaire de 8 ans, issu d’une famille à problèmes.

Comment ce groupe peut-il en arriver à des résultats aussi convaincants qu’intrigants? Le caractère unique de chacun de ses artisans y est sans aucun doute pour quelque chose! Le cirque qu’est Unexpect met en vedette une belle brochette d’acrobates de leur instrument qui se relancent et se complètent constamment. A tout moment, nous sommes soulevés par les secousses de la basse à neuf cordes de ChaotH alors que les mélodies de violon nous donnent les ailes pour planer. Les arrangements vocaux contribuent également au tableau complexe en étant présentés comme un instrument à part entière, au lieu d’un simple véhicule pour les paroles des chansons. Alors que certaines chanteuses dans le métal ont des voix tout à fait respectables et exsudent leur sex-appeal en bougeant comme des décrocheuses de l’école des danseusessur la scène, Leilindel, quant à elle, est entièrement capable de faire vivre à peu près n’importe quelle émotion que la musique requiert à travers la maîtrise complète de son instrument. Ne négligeons pas l’apport de ses deux partenaires masculins en Artagoth et Syriak puisque ceux-ci sont capables d’autant de virtuosité vocale, quoiqu’ils soient légèrement moins portés à l’avant plan.

Il n’y a rien qui puisse être dit sur les 11 titres de Fables of the Sleepless Empire que les chansons elles-mêmes ne sont pas capables de dire. Certes, on pourrait parler du romantisme de Words, ou encore des crescendos burlesques d’UnsolvedIdeas of aDistortedGuest, des spirales musicales de Mechanical Phoenix, mais on n’en effleurerait que la surface. Le mieux est de se payer le voyage soi-même et d’en apprécier la grandeur dans la proportion de sa capacité d’absorption. Pas besoin de guide, la visite de l’univers d’Unexpect en est une qui se fait au rythme de chacun.

9

1
Unsolved Ideas of a Distorted Guest
2
Words
3
Orange Vigilantes
4
Mechanical Phoenix
5
The Quantum Symphony
6
Unfed Pendulum
7
In the Mind of the Last Whale
8
Silence this Parasite
9
A Fading Stance
10
When the Joyful Dead Are Dancing
11
Until Yet a Few More Deaths Do Us Part


In a Flesh Aquarium
2006
_We, Invaders
2003