Slash Made in Stoke
Critique par
Fred Laroche
''Une parution de Slash qui vaut le détour du début à la fin!''

Date de la critique: 14 décembre 2011
Compagnie de disque: Indéterminée
Date du publication: 15 novembre 2011

Par ingéniosité ou par chance, l’illustre guitariste Slash a maintenu sa notoriété parmi les fans de rock tout au long de sa tumultueuse carrière post Guns N Roses. Ayant toujours tourné autour de l’excellence, sans pour autant s’en être vraiment approché, le guitariste a su accumuler une certaine quantité de titres qui se situent entre le bon et le très bon. Faute de pouvoir offrir une compilation des meilleurs extraits de ses divers projets, Slash offre un album live double du nom de Live in Stoke, sur lequel il est clairement inscrit qu’il met en vedette Myles Kenedy, d’Alter Bridge. Pourquoi le mettre autant en évidence? L’écoute de Live in Stoke l’explique amplement à elle-même…

Tout d’abord, Live in Stoke est un album Live qui sort légèrement de l’ordinaire puisqu’il présente deux caractéristiques qui deviennent de plus en plus rares de nos jours. Premièrement, il a été enregistré lors d’un seul spectacle et en comporte la performance intégrale et, ensuite, il ne comporte pratiquement aucun réenregistrement studio perceptible. Bien que ces deux détails peuvent paraitre anodins, ceux-ci contribuent énormément à l’ascension de l’énergie tout au long de l’enregistrement. Du jeu énergique de Slash jusqu’à la participation très vocale de la foule, on sent vraiment que les gens qui étaient présents avaient beaucoup de plaisir et que l’échange entre la foule et la scène était excellent.

Sur quoi donc repose cette excellente performance? C’est assez simple, Slash a tout simplement monté un spectacle comprenant un survol complet sur sa carrière. Il y va de plusieurs titres, tirés de ses divers projets, en incluant certains succès autant que des chansons plus obscures. C’est d’ailleurs exactement là que s’explique l’accent porté sur la participation de Myles Kennedy sur la pochette puisqu’il faut tout un chanteur pour pouvoir chanter sur les pièces de différents styles comme celles de Slash’s Snakepit, Guns N Roses ou Velvet Revolver. Heureusement, il s’en tire avec brio. En fait, Myles et Slash dominent le spectacle avec leur performance constante et juste. Bien entendu, encore faut-il s’habituer à son style de voix puisque les pièces n’ont, pour la plupart, pas été chantées par lui. Tout de même, ce chanteur atteint les notes qu’il faut, quand il le faut!

Le duo parcourt des titres tels que Been There Lately, Mean Bone, Speed Parade et Beggars and Hangers On de Slash’s Snakepit, en alternant avec des titres comme Nightrain, Sweet Child O’ Mine et Paradise City de Guns N Roses, tout en incluant quelques titres de son récent album solo. Le débit de la prestation et le fait que toutes ces chansons ne soient chantées que par un seul frontman font en sorte que la formation qui accompagne Slash dans cette aventure a vraiment l’air de maitriser la musique de sources diverses. Les belles surprises de l’album sont probablement les versions de Civil War et de Rocket Queen qui sont proposées, ainsi que la reprise de Slither de Velvet Revolver. Bien que l’ensemble de la prestation soit vraiment bien rendue, ces trois chansons valent amplement une écoute entière de cette collection!

Enfin, une parution de Slash qui vaut le détour du début à la fin. Après un album solo plutôt confus, il revient avec la meilleure alternative possible à un Best of, soit un album live. A bien y penser, il est très pertinent pour un guitariste comme Slash d’offrir un album live puisque son jeu sale et chaleureux prend vraiment vie en spectacle. Un album qui vaut vraiment le détour pour n’importe quel fan du travail de ce musicien qui a marqué le rock à jamais, sans pour autant avoir été le plus prolifique!

8.5



Slash
2010